Loto-Québec se débat pour son espacejeux.com

Alors que l’Ontario se prépare à créer le cadre législatif de son propre marché régional de jeux en ligne, le Québec voisin pare aux attaques contre son site de jeu à peine lancé. Celui-ci est sujet à un boycott motivé par les craintes qu’il se révèle irrésistible aux joueurs compulsifs.

Espacejeux.com, site trouvé sous la direction de Loto-Québec, est disponible en français et en anglais, et offre une large sélection de jeu incluant le poker, le blackjack et le Monopoly.

Les activistes contre-jeu disent que le site va faire les joueurs compulsifs plonger plus profondément dans le vice. De son côté, le gouvernement du Québec dit qu’il offre tout simplement une alternative réglementée à l’offre douteuse des casinos étrangers.

Dans la lutte contre Loto-Québec s’est mêlée aussi une association représentant les employés à la retraite du service public. La présidente du groupe, Madelaine Michaud, a récemment déclaré que l’agence de loteries avait ignoré l’appel de 18 dirigeants des services de santé publique à retarder le lancement du site jusqu’à ce qu’on étudie plus en détail ses effets.

« Tant que le gouvernement refuse d’écouter les conseils de la santé publique ou des citoyens, nous sommes obligés de demander à toutes les personnes âgées de 55 ans ou plus de rejeter la nouvelle offre de Loto-Québec », dit Michaud, expliquant que les baby-boomers sont particulièrement des joueurs avides.

Les sites de paris en ligne sont déjà actifs dans le Canada Atlantique et en Colombie-Britannique, et l’Ontario est prêt à les suivre. La Société des Loteries et Jeux d’Ontario (Ontario Lottery & Gaming Corp. – OLG) prévoit de lancer son propre site web pour attraper une partie des 400 millions de dollars que les Ontariens dépensent chaque année sur les sites de jeu étrangers.

Dès ses premières tentatives, l’OLG s’est confrontée aux mêmes critiques et craintes que le Québec. « Pas tout le monde peut aller au casino, dit Madelaine Michaud. Le jeu en ligne est accessible à tous. »

Un porte-parole de Loto-Québec a riposté dans un entretien avec QMI Agency, affirmant que la campagne de boycott va pousser les gens à des sites illégaux.

« Je trouve incroyable qu’ils proposent un boycott de notre site, mais qu’ils ne disent rien sur les sites de jeux illégaux », a déclaré Marie-Claude Rivet.

Elle a ajouté que espacejeux.com allait « cannibaliser les sites douteux » qui empochent les profits sans aucune autorisation gouvernementale.

Loto-Québec a refusé de publier les statistiques du trafic de QMI, en disant que cela permettrait de « diffuser des données utiles aux concurrents ».

La société d’Etat espère attirer entre 10.000 et 20.000 utilisateurs dans les mois prochains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>